top of page

L'Intelligence Artificielle (IA) au coeur de l'industrie musicale


robot futuriste et intelligence artificielle

Comme le dit si bien Orelsanles temps changent

et de nombreux domaines sont en évolution constante, à commencer par la technologie, la médecine, l’éducation… C’est sans oublier l’industrie musicale !

En effet, celle-ci est de plus en plus impactée par l’intelligence artificielle, dite IA, qui tend à bouleverser le quotidien et la façon de travailler des artistes, des labels, des compositeurs, et de tous les acteurs plus ou moins liés à la musique de manière générale.

 

Comment ?

C’est très simple. L'IA peut composer des chansons, écrire des refrains, générer des sons et harmonies douces pour nos oreilles ; et ceci n’est qu’une infime partie du large panel que possède ce nouvel outil à ce jour. Mais alors, où se trouve la place des artistes dans tout ça, leurs œuvres ne se résument-elles qu’à reproduire les créations d’un robot ?

> > Nous allons peser les pour et les contre dans cet article. < <



Nul ne va sans savoir que l’IA au coeur de l'industrie musicale peut être une réelle source d'inspiration pour les auteurs-compositeurs en panne d’imagination et peut les mettre sur la piste d’un futur tube qui séduira les foules, notamment grâce à l’écriture de lyrics.


--> En contrepartie, le fait que les paroles soient écrites pas une IA tâchera très probablement l’authenticité et l’originalité d’un morceau. On trouvera du sens et de la logique c’est certain, mais qu’en sera-t-il de l'émotion, qui est au cœur-même d’une chanson ?



Avant même d’être une mélodie qui nous fait sourire, pleurer, chanter, danser ou ressentir tant d’autres émotions et sensations particulières, une musique est un miroir de l’âme de son auteur. Il y décrit ses pensées, ses tortures, ses peines, ses joies, et s’en libère en dévoilant celles-ci au grand jour. Des milliers de personnes utilisent la musique comme moyen d’expression, qu’elles décident de les partager au grand public ou non. Cela passe par les covers, les chansons sous la douche ou dans la voiture, les karaokés, les émissions télévisées de chant type The Voice ou la Star Academy, et de multiples contextes similaires.


La musique, ça va de la petite fille de 7ans qui fredonne “Hakuna Matata” en se brossant les cheveux, au concert de Rod Stewart qui a réuni plus de 3.5 millions de personnes en 1994/1995 à l’occasion du Nouvel An. La musique n’a pas d’âge et s'accommode à tous les genres.



Alors pour le moment ce n’est pas possible, mais avec les évolutions continuelles une IA sera peut-être en mesure de reproduire le même effet sur nous qu’un artiste, d’ici quelques années voire quelques mois.

On peut dans ces cas-là s’inquiéter de l’avenir des métiers actuels qui font l’industrie musicale, qui voient leurs professions d’ores et déjà menacés par ces robots futuristes. Les maisons de production ne seront plus autant sollicités si leurs clients principaux peuvent créer eux-mêmes leurs sonorités à moindre coût et en un rien de temps, pouvant générer alors la mort à petit feu de celles-ci.



Ce qui fait le succès de la musique, c’est la singularité des artistes et de leurs créations. A chaque genre musical son artiste emblématique : ce qu’est Elvis Presley au Rock’n’Roll, Louis Armstrong l’est au Jazz et Bob Marley au reggae. Tous les styles sont représentés par de nombreux artistes plus ou moins reconnus, qui partagent leurs arts avec leurs publics, du plus extrême au plus classique. En plus de créer une œuvre qui leur ressemble, les artistes peuvent inconsciemment créer une communauté autour de leurs productions, ce qu’on peut appeler un fan club et ou une fanbase, de personnes passionnés qui se rassemblent et échangent autour de ce même sujet. On peut dans ces cas-là penser au “swifty” pour les fans de Taylor Swift, chanteuse américaine, ou les “stylers” pour les fans de Harry Styles, célèbre chanteur britannique, autrefois membre du groupe One Direction.


En laissant l’IA prendre le contrôle partiel de l’industrie musicale, on assistera forcément à une uniformisation de la musique, qui mettra en avant certains styles comme le Hip-Hop, le Rap ou le RnB et placera d’autres genres tout aussi pertinents dans une zone d’ombre, parce qu’il n’est pas écouté par une majorité de la population. L’intelligence artificielle peut même pousser les artistes en dehors de leur zone de confort, comme on a pu le constater avec la chanteuse belge Angèle, qui a vu sa voix reprise par une IA, chanter le titre qui cartonnait cet été “Saiyan” originalement interprété par Heuss l’Enfoiré en featuring avec Gazo. Cette cover/reprise a tellement été appréciée du grand public que la jeune belge a fini par chanter le morceau lors d’un de ses concerts sous la demande du public, alors que ce style musical n’est pas tout à fait le sien, dira-t-on. A la base, ça partait seulement d’une cover IA, et c'est finalement plus de 5,9 millions d'écoute sur youtube. Si vous n'avez pas encore trouvé votre aura musicale, je vous invite à cliquer sur ce bouton :


En plus du caractère impersonnel que peuvent dégager ces reprises, les chanteurs doivent veiller à respecter les droits d’auteurs et de propriété intellectuelle, notamment en se réappropriant un titre ne leur appartenant pas. Ce sont des sujets délicats qui méritent réflexion avant d’être présentés au grand public, or, avec l’IA, on ne prendrait plus le temps, tout serait quasiment instantané et disponible en un claquement de doigts. C’est un parti pris.



Qu’on le veuille ou non ou que l’on soit pour ou contre, un robot n’est pas (encore) capable de ressentir et donc de transmettre des émotions de la même façon qu’un homme. Cet unique moyen d’expression libère les maux et est et restera un des seul langage universel qui rassemble les gens au lieu de les diviser, avec sa cousine germaine la danse. Il faut bien évidemment rester updaté et vigilant pour les prochaines évolutions à venir, et l’intelligence artificielle n’en est qu’à ses débuts, il faut pour l’instant en tirer avantage et travailler avec elle pour optimiser ses recherches et son travail, sans pour autant en abuser et alors assister à une déshumanisation du travail.


De votre côté, avez-vous déjà pensé à la question ? Et si oui, quelle est votre opinion à ce sujet ?


Toute la team HitShot a hâte d’entendre vos réponses ! 🔊

Etes-vous pro-IA ou anti IA dans la musique ?

  • Je soutiens l'émergence de l'IA dans l'industrie musicale

  • Je suis contre l'émergence de l'IA dans l'industrie musicale

  • Je n'ai pas d'avis sur la question


Comments


bottom of page